Prifinial chien et chat : comment bien l’utiliser en cas de diarrhée ?

557 vues 0 commentaire
8 minutes de lecture
Guide d'utilisation du Prifinial pour chien ou chat Guide d'utilisation du Prifinial pour chien ou chat

Votre chien ou votre chat souffre de diarrhée et votre vétérinaire vous a prescrit du Prifinial. Si vous cherchez à vous renseigner sur ce médicament, vous trouverez toutes les informations utiles dans cet article : quand l’utiliser, quels sont les effets indésirables et comment l’administrer.

À la fin de cet article, vous trouverez également des conseils précieux pour éviter la récidive de la diarrhée chez votre chien ou chez votre chat.

Dans quels cas utiliser le Prifinial pour chien et chat ?

Le Prifinial1 est un antispasmodique qui est utilisé notamment en cas de diarrhée, de douleurs spastiques, de gastrite ou d’obstruction intestinale.

Son principe actif est le bromure de prifinium : il empêche les spasmes du tube digestif chez le chien et chez le chat, tout en respectant son rythme de base. En d’autres termes, il évite à votre animal des douleurs qui peuvent accompagner la diarrhée ou d’autres problèmes gastriques.

La diarrhée chez le chien ou chez le chat signifie que l’animal émet des selles molles ou liquides, ou à une fréquence anormale. Voici les symptômes le plus souvent observés :

  • Des selles plus fréquentes que d’habitude, molles ou liquides.
  • Chez le chat, on observe des selles en dehors de la litière
  • Chez le chien, on constate qu’il a du mal à retenir ses besoins et peut présenter des problèmes de propreté
  • Dans certains cas, la diarrhée peut entraîner la déshydratation du chaton ou du chiot

D’autres symptômes peuvent être observés chez le chien ou le chat, comme :

  • Des glaires ou des substances gluantes dans les selles
  • Des traces de sang rouge ou noir
  • Des douleurs à la défécation
  • Des vomissements
  • Des flatulences
  • Des gargouillis intestinaux
  • Une mauvaise haleine
  • Un changement du comportement (l’animal peut devenir nerveux)

Soyez vigilant, car la diarrhée peut avoir des origines multiples (une intoxication, un changement d’alimentation, des parasites, une alimentation inadaptée ou les effets secondaires de certains médicaments) qui n’appellent pas le même traitement.

Pour tout savoir comment prévenir et guérir la diarrhée chez le chien, consultez notre dossier “GUÉRIR la diarrhée du chien en 4 étapes : traitement et alimentation”.

Pour tout savoir comment prévenir et guérir la diarrhée chez le chat, consultez notre dossier “Diarrhée du chat : quelles causes et comment la soigner ?”.

Faites particulièrement attention dans les cas suivants :

  • La diarrhée chez le chiot ou chez le chaton
  • La diarrhée chez un chat ou un chien âgé
  • La diarrhée chez le chat ou le chien qui a une maladie chronique
  • La présence de fièvre
  • Des traces de sang dans les selles
  • Des symptômes persistant plus de 48 heures

Ces symptômes nécessitent une consultation vétérinaire en urgence, pour poser le bon diagnostic et pouvoir administrer un bon traitement.

Quels sont les effets secondaires ou contre-indications du Prifinial ?

Le RCP de Prifinial mentionne des contre-indications en cas de :

  • Glaucome
  • Hypertrophie de la prostate (risque de rétention urinaire)
  • Arythmie tachycardie
  • Constipation suite à une atonie intestinale
  • Sténose pylorique
  • Rétrécissement mécanique du tractus gastro-intestinal

Par ailleurs, ce médicament doit être utilisé avec précaution en cas d’insuffisance rénale ou hépatique. Si votre animal présente l’un de ces troubles de santé ou si vous avez un doute, consultez votre vétérinaire avant d’administrer le traitement.

Enfin, l’utilisation du Prifinial n’est pas recommandée pour les chiennes ou les chattes en gestation.

La notice du médicament mentionne également la possibilité des effets indésirables suivants :

  • La sécheresse des muqueuses
  • La mydriase (la dilatation de la pupille)
  • L’œdème facial
  • L’œdème de Quincke
  • L’anaphylaxie (une réaction allergique).

Si vous observez l’un de ces effets indésirables, consultez votre vétérinaire en urgence.

Quelle quantité de Prifinial administrer à votre chien ou à votre chat ?

Le Prifinial se présente sous forme de comprimés. La posologie recommandée est de 1 comprimé pour 1,5 kg de poids corporel.

Pour donner le Prifinial à votre chien ou à votre chat, placez le comprimé directement dans la gueule de l’animal, avant le repas. Mettez de l’eau à disposition de votre chien ou de votre chat après administration de médicament.

Une alimentation de qualité et adaptée à ses besoins originels permet de prévenir la réapparition de la diarrhée du chat ou du chien

Comment prévenir la récidive de la diarrhée chez votre chien ou chez votre chat ?

Si votre chien ou votre chat souffre d’une diarrhée chronique, c’est-à-dire qu’elle dure plus de 2 ou 3 semaines, il est fort possible qu’elle soit due à une alimentation inadaptée. Sachez que certains aliments, comme les légumes ou les ingrédients de mauvaise qualité composant sa nourriture, provoquent à terme une irritation de son tube digestif.

C’est pour cette raison qu’il est indispensable de fournir à votre chien ou à votre chat une nourriture adaptée à ses Besoins Biologiques et Naturels pour préserver sa santé intestinale, lui éviter les diarrhées, et le garder en bonne santé.

Si vous vous posez la question si l’alimentation que vous donnez à votre chien ou à votre chat répond à ses besoins originels, voici 5 critères essentiels à vérifier :

  1. La nourriture que vous lui donnez ne doit pas contenir de légume, tubercule, légumineuse ou fruit. Les chiens et les chats, même domestiqués, restent des carnivores par nature. Cela veut dire qu’ils ne digèrent pas bien les fruits et les légumes. En témoignent bien leurs intestins : trois fois plus courts que ceux de l’homme, lisses et sans haustration2, ils ne peuvent pas bien digérer ces ingrédients. Sachez que les fruits, les légumes, les tubercules et les légumineuses conduisent à des irritations chroniques du tube digestif de votre compagnon. S’en suivent des soucis de santé comme les selles molles et les diarrhées, les vomissements chroniques, voire des problèmes plus graves comme des pancréatites aiguës ou des troubles hépatiques. Et cela n’est pas étonnant : le Centre Antipoison Animal de l’École Nationale Vétérinaire classe depuis longtemps déjà pomme de terre3, raisin4, ail et oignon5 comme toxiques pour les chiens et pour les chats. Ces ingrédients sont donc à bannir absolument de la gamelle de votre animal, qu’il s’agisse de pomme de terre, de patate douce, de lentilles, de pois, de pois chiches, de petits pois, de tomate, de courgette, ou d’ingrédients similaires.
  2. Sa nourriture doit contenir des protéines et des graisses animales de bonne qualité. Hélas, toutes les protéines ne se valent pas, et les étiquettes ne sont pas toujours transparentes quant à la traçabilité et à la provenance des ingrédients qui composent la nourriture animale. Les protéines animales coûtent cher et sont souvent remplacées par des ingrédients bas de gamme, comme certains sous-produits animaux67 qui sont en fait des déchets de notre industrie agroalimentaire humaine (têtes, carcasses, cuirs, cous, pattes, becs, plumes…). Soyez vigilant également quant à la provenance de ces protéines animales. Savez-vous que dans les pays d’Amérique du Nord, il est courant et légal d’intégrer dans les croquettes des viandes avariées recyclées à la Javel8 ? C’est pareil pour certaines viandes dites “fraîches”, qui sont en réalité reconstituées à partir d’un mélange de farines animales et de graisses (dont on ne connaît presque jamais l’origine), de sous-produits animaux, de minéraux et surtout d’eau. Pour faire le bon choix, privilégiez donc des croquettes qui contiennent des protéines et graisses animales qui proviennent d’abattoirs agréés à la consommation humaine, et de pays aux législations fermes, comme la France.
  3. Une nourriture avec un maximum 33 % de glucides (soit ⅓ de la composition totale de l’aliment). Vous avez peut-être déjà lu des articles sur Internet qui diabolisent les glucides; en les tenant pour responsables de nombreux troubles de santé chez les chiens et chez les chats. Pourtant, la réalité scientifique contredit ces propos : des études récentes prouvent que les glucides provenant de céréales comme le maïs ou le riz sont parfaitement digestibles par nos compagnons (99 % de digestibilité chez chiens et chats)910. C’est seulement lorsque le taux de glucides dans les croquettes dépasse les 33 % qu’ils perdent leur effet neutre sur la santé de nos compagnons. Dans ce cas et donc, au-delà de cette limite de 33 %, ils peuvent contribuer à des problèmes de santé comme l’obésité, le diabète, ou encore des infections urinaires chroniques11 chez le chien et chez le chat.
  4. Une nourriture cuite à basse température. Certains aliments cuits à haute température et utilisés pour la fabrication des croquettes libèrent d’une part, des acrylamides12 (réputées comme cancérigènes), et d’autre part, des Advanced Glycated End products13 (nocifs pour la santé rénale du chien et du chat). Privilégiez donc une pâtée ou croquette cuite à basse température, qui préserve l’intégrité nutritionnelle des ingrédients.
  5. Une nourriture testée en laboratoire contre les mycotoxines, métaux lourds et OGM. Vous en avez sans doute entendu parler concernant la santé humaine : ces ingrédients sont néfastes pour l’homme. Pourtant, on n’en parle pas assez concernant la santé animale, alors qu’ils sont tout aussi nocifs pour nos chiens et pour nos chats. Savez-vous que rien que pour les métaux lourds, des études ont prouvé que 24 % des aliments analysés contenaient des concentrations en Arsenic qui dépassaient la limite imposée par l’Union européenne1415 ? Hélas, encore trop peu de fabricants affichent de manière transparente les résultats d’analyses qui prouvent l’absence de ces éléments dans les croquettes. Privilégiez donc les marques qui ont été testées en laboratoire indépendant, et dont les fabricants affichent clairement les résultats de ces analyses.

Si la nourriture que vous donnez à votre chien ou à votre chat respecte ces 5 critères, vous avez tout bon ! Vous lui fournissez une alimentation de qualité qui respecte ses besoins originels, et lui permet de garder une bonne santé intestinale.

CROQ’ la Vie : notre engagement en faveur de la Santé par l’alimentation

C’est parce que la santé de nos chiens et de nos chats passe avant tout par sa gamelle, que nous nous sommes engagés à trouver la nourriture la plus adaptée aux Besoins Biologiques et Naturels de nos compagnons.

Et c’est parce que nous n’avons pas trouvé la nourriture réellement adaptée aux besoins originels de nos chiens que nous sommes devenus nos propres artisans à l’élevage des Joyeuses Gambades. Cela fait donc 15 ans que nous avons mis au point une recette unique qui permet à nos chiens de garder une pleine santé tout au long de leur vie.

Désormais disponibles pour chien et chat, les croquettes CROQ’ la Vie contiennent le strict essentiel, c’est-à-dire :

  • Zéro légume, tubercule, légumineuse ou fruit
  • 70 % d’ingrédients d’origine animale, provenant uniquement d’abattoirs agréés à la consommation humaine
  • 23 % de glucides seulement pour les croquettes pour chien, 21 % pour celles des chats
  • Une cuisson basse température
  • Des ingrédients français et traçables
  • Des tests menés en laboratoires indépendants contre les OGM, mycotoxines et métaux lourds : consultez les résultats ici !

Vous avez des interrogations sur le Prifinial pour chien ou pour chat, ou l’alimentation de votre compagnon ? N’hésitez plus : contactez-nous via les commentaires ci-dessous, ou par email directement. Nous nous faisons toujours une joie de vous partager notre expérience en matière de santé animale !

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] RCP Prifinial http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=PRIFINIAL+COMPRIMES+CHATS+ET+CHIENS+NAINS
  2. [] Mammalogy – Adaptation, Diversity, Ecology, de A.George Feldhamer Lee C. Drickamer Stephen H. Vessey Joseph F. Merritt Carey Krajewski – edition Johns Hopkins University Press (4ème édition) – 27 mars 2015
  3. [] Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html
  4. [] Le raisin : enregistré au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/raisin.html
  5. [] L’ail et l’oignon : enregistrés au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  6. [] SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  7. [] RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  8. [] Viandes avariées recyclées aux Etats Unis et en Europe : https://www.amisdelaterre.org/communique-presse/tafta-ttip-la-viande-a-la-javel-s-approche-de-nos-assiettes/
  9. [] Carciofi, A. C., Takakura, F. S., De‐Oliveira, L. D., Teshima, E., Jeremias, J. T., Brunetto, M. A., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on dog diet digestibility and post‐prandial glucose and insulin response. Journal of Animal Physiology and Animal Nutrition, 92(3), 326-336. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18477314
  10. [] De-Oliveira, L. D., Carciofi, A. C., Oliveira, M. C. C., Vasconcellos, R. S., Bazolli, R. S., Pereira, G. T., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on diet digestibility and postprandial glucose and insulin responses in cats. Journal of Animal Science, 86(9), 2237-2246. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18469063
  11. [] Faculté de Médecine Vétérinaire de Montréal – Service diagnostic – Urology : https://www.medvet.umontreal.ca/servicediagnostic/materiel_pedagogique/urologie/uro_chimie.html
  12. [] FRC (Fédéraction Romande des Consommateurs) – Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/
  13. [] Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899
  14. [] Squadrone S , Brizio P , Simone G , Benedetto A , Monaco G , Abete MC – “Presence of arsenic in pet food : a real hazard ?” (Présence d’arsenic dans les aliments pour animaux de compagnie : un danger réel ?) – Vet Ital. 29 décembre 2017; 53 (4) : 303-307. doi : 10.12834 / VetIt.530.2538.2. : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29307124 (Version entière au format PDF : http://www.izs.it/vet_italiana/2017/53_4/VetIt_530_2538_2.pdf
  15. [] M. Davies , R. Alborough , L. Jones , C. Davis , C. Williams , et DS Gardner, (2017) : Mineral analysis of complete dog and cat foods in the UK and compliance with European guidelines “Analyse minérale d’aliments complets pour chiens et chats au Royaume-Uni et conformité aux directives européennes.” : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5719410/#CR5

Partagez cet article

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

QUI EST À L’ORIGINE DU BLOG CROQ LA VIE ?

Davy Ros

Davy Ros :

Ostéopathe D.F.O. et Hygiéniste, spécialisé en nutrition animale à l’élevage Joyeuses Gambades.

NOS ALIMENTS ET NOTRE BOUTIQUE SANTÉ

La boutique