La couleur des selles de mon chat est-elle normale ?

1 184 vues 0 commentaire
10 minutes de lecture
Les couleurs des selles du chat peuvent indiquer des soucis de santé Les couleurs des selles du chat peuvent indiquer des soucis de santé

Face à la litière de votre chat, vous trouvez ces excréments étranges. Il est vrai que la consistance ou la couleur des selles du chat peuvent parfois paraître anormales… mais il est complexe, lorsqu’on est peu aguerri à la santé animale, de détecter d’où peut venir le souci.

Dans cet article, faites le tour des différentes consistances et couleurs de selles du chat anormales, et trouvez les solutions adaptées pour l’aider à retrouver une bonne santé intestinale.

À quoi ressemblent des selles normales chez un chat ?

Quand le chat est en bon état de santé général, et a un transit intestinal normal, ses selles sont de couleur marron ou noire. En termes de consistance, elles sont plutôt fermes sans pour autant être solides comme de la roche. Elles prennent généralement la forme de petits cylindres bien moulés, ou de petites bûches.

Que signifie une couleur de selles du chat anormale ?

La couleur et la consistance des selles de votre chat, voire même leur odeur, peuvent indiquer des soucis de santé plus ou moins graves. Voici les quelques cas où la couleur des selles du chat, ainsi que sa consistance, doivent vous alerter.

Si votre chat a des selles molles et noires

Votre chat présente des selles molles et noires ? Deux cas de figure sont possibles :

  • Si ses selles dégagent une odeur très forte, voire pestilentielle, cela peut être un symptôme de lésions au niveau de son système digestif haut (estomac ou œsophage). Ces lésions peuvent signaler que votre chat souffre d’une varice à l’œsophage, d’un ulcère à l’estomac, ou encore d’une gastrite.
  • Si ses selles sont molles et noires, mais sans odeur forte particulière, votre chat souffre probablement d’une intoxication aux légumes, tubercules, légumineuses ou fruits. En effet, on a tendance à oublier que le chat est carnivore par nature : ses intestins, 3 fois plus courts que ceux de l’homme, lisse et sans haustration1, subissent de fortes irritations en cas d’ingestion de ces ingrédients. D’ailleurs, le Centre Antipoison Animal de l’École Nationale Vétérinaire classe d’ores et déjà la pomme de terre2, le raisin3, l’ail et l’oignon4 comme « toxiques » pour eux.

Que faire face à cette couleur des selles de votre chat ?

  • Si ses selles molles et noires dégagent une odeur très forte, il s’agit d’une urgence vétérinaire : allez vite consulter votre spécialiste de la santé animale, pour cibler le souci de votre chat.
  • Si ses selles ne dégagent pas d’odeur forte, il vous faudra, après un jeûne de 24 heures, procéder à un changement de son alimentation, pour que celle-ci soit plus adaptée à ses besoins originels. Nous vous parlons plus précisément de ce sujet dans la dernière partie de cet article.

Si votre chat a des glaires dans ses selles molles

Il arrive que le chat ait les selles molles, voire subisse des diarrhées, et que dedans se trouvent des glaires, un mucus gluant. Dans ce cas de figure, deux possibilités existent aussi :

  • Soit votre chat subit une intoxication aux légumes, fruits, tubercules ou légumineuses, fondamentalement inadaptés à ses besoins originels
  • Soit votre chat est atteint de Giardiose, une parasitose très commune provoquée par un parasite intestinal nommé Giardia. D’ailleurs, la Giardiose se manifeste également souvent par des selles molles aux couleurs verdâtres, ou bien par des filets de sang dans les selles du chat.

Que faire face à cette couleur des selles de votre chat ?

S’il s’agit d’un cas d’intoxication aux légumes, un changement d’alimentation vers une nourriture plus adaptée à sa nature de carnivore sera nécessaire.

Mais si vous suspectez que votre compagnon souffre de la Giardiose…

  • Prenez rendez-vous chez votre vétérinaire, pour lui demander de faire le test spécifique de la Giardiose ; il s’agit d’une analyse de selles, pourtant rarement pratiquée.
  • Si le diagnostic est confirmé, il vous faudra en premier lieu tester un traitement au Panacur5, l’un des seuls vermifuges à être efficace contre la Giardiose. Si ce traitement s’avère inefficace, votre vétérinaire pourra ensuite vous prescrire un traitement antibiotique (souvent du Metrobactin6, ou son équivalent destiné à aux humains, le Flagyl), parfois accompagné de probiotiques. Cet antibiotique demandera une surveillance vétérinaire accrue.

Quoi qu’il en soit, même s’il s’agit d’une maladie très fréquente, et peu complexe à traiter, n’hésitez pas à consulter notre article sur le sujet de la Giardiose. Vous y retrouverez tous les éléments pour soigner votre chat au mieux, et éviter la récidive.

Si votre chat a du sang dans les selles

La présence de sang dans les selles du chat peut être un symptôme très inquiétant. Mais ne vous inquiétez pas : la plupart du temps, cela est plus impressionnant que grave.

Lorsque le chat présente du sang dans ses matières fécales, deux cas de figure sont possibles :

  • Soit il subit, encore une fois, une intoxication aux légumes. Comme vous le savez désormais, son intestin, et l’intégralité de son système intestinal, n’est pas fait pour gérer la digestion de tels ingrédients.
  • Soit, de nouveau, il est atteint de Giardiose, cette fameuse parasitose. En effet, les filets de sang, ainsi qu’une couleur des selles du chat tirant vers le vert ou le terne, et des glaires, peuvent indiquer ce souci.

Que faire face à cette couleur des selles de votre chat ?

Nous vous invitons à procéder de la même manière qu’indiqué dans l’encart précédent que le chat aux selles glaireuses. Il faudra, quoiqu’il arrive, faire confirmer le diagnostic de Giardiose par un vétérinaire avant de pouvoir lui trouver le traitement adapté.

Si votre chat a des selles très molles et jaunâtres

Votre chat a des selles liquides, une diarrhée de couleur jaune ? Il est très probable qu’il souffre d’une parasitose nommée Coccidiose, due à la prolifération dans son système digestif de parasites intestinaux : les coccidies.

Il s’agit là encore d’une parasitose très fréquente, qui demande un traitement bien spécifique, et une attention particulière, notamment si votre chat est encore petit.

Que faire face à cette couleur des selles de votre chat ?

Tout d’abord, sachez que, si votre chat est encore jeune, il peut risquer la déshydratation : nous vous recommandons, face à ces couleurs de selles du chat étranges, de l’emmener au plus vite chez le vétérinaire.

Quoiqu’il arrive, pour confirmer le diagnostic de la Coccidiose chez le chat, le vétérinaire devra procéder à un test spécifique, sous forme d’analyse de selles. Si ce test confirme le diagnostic, un traitement antibiotique de la famille des Sulfamides / Triméthoprime7, de type Bactrim8 ou Sultrian9, sera nécessaire.

Et pour éviter la récidive, il vous faudra proposer à votre compagnon une alimentation plus adaptée à ses besoins originels. En effet, la prolifération de parasites intestinaux est favorisée par une alimentation non adaptée à son régime originel.

Une couleur des selles du chat anormale doit souvent entraîner un changement d'alimentation

Quelle alimentation pour aider votre chat à retrouver une santé gastro-intestinale durable ?

Maintenant que vous avez une petite idée de ce qui peut se tramer dans le système digestif de votre chat, et des raisons pour lesquelles il pourrait avoir des selles de couleur anormale, vous vous demandez peut-être comment bien choisir sa nouvelle alimentation pour éviter la récidive.

Car vous l’avez lu : que votre chat subisse une intoxication aux légumes, ou bien qu’il soit infesté de parasites intestinaux, un changement d’alimentation est nécessaire pour l’aider à retrouver une santé intestinale durable.

Votre chat a ingéré des légumes, tubercules, légumineuses ou fruits ? Commencez par le mettre à la diète totale (hormis une gamelle d’eau à sa disposition) pendant 24 heures. Ce jeûne va lui permettre d’éliminer les éléments toxiques de son organisme, et de calmer l’inflammation de son système digestif.

La grande question, pour bon nombre de propriétaires, reste : qu’est-ce qu’une alimentation réellement adaptée aux Besoins Biologiques et Naturels du chat ? Vers quel type de pâtée ou de croquettes pour chat se tourner en toute confiance ?

La réponse est assez simple, au fond : il suffit de se fier aux besoins réels et originels de votre compagnon. Pour vous aider dans la quête de l’aliment qui mettra définitivement fin aux selles molles et diarrhées de votre chat, voici les critères alimentaires indispensables que toute alimentation adaptée à un chat devrait suivre :

  1. Aucun légume, tubercule, légumineuse, ou fruit. On ne répétera jamais assez combien la toxicité de ces ingrédients est négligée dans les pathologies dont souffrent nos animaux domestiques aujourd’hui. Au-delà des soucis de selles molles et les diarrhées, ces ingrédients sont également à l’origine de bon nombre de cas de vomissements chroniques, de troubles hépatiques, de pancréatites aiguës, ou encore de dermatites atopiques. Ils sont donc totalement à proscrire dans la gamelle de votre compagnon : il en va de sa santé !
  2. Uniquement des protéines et graisses animales provenant d’abattoirs agréés à la consommation humaine, et si possible provenant de pays aux législations fermes. À l’instar des légumes, certains types de protéines animales sont d’une qualité si discutable qu’ils produisent des irritations chroniques du système intestinal du chat. C’est par exemple le cas des sous-produits animaux1011, si présents dans l’alimentation animale. Ce sont en fait les déchets de notre industrie agroalimentaire humaine, que nous ne consommons pas : têtes, carcasses, cuirs, cous, pattes, becs, plumes… De même, certains pays n’ont pas des lois aussi strictes que celles que nous avons en France en la matière. Par exemple, dans les pays d’Amérique du Nord, il est légal et très fréquent de voir intégrées aux aliments pour chats et chiens des viandes avariées recyclées à la Javel12 ; ou encore des dites « viandes fraîches », en fait reconstituées à partir d’un mélange de farines animales et de graisses, dont on ne connaît presque jamais l’origine, de sous-produits animaux, de minéraux et surtout d’eau. Veillez donc à respecter ce critère de qualité, pour éviter des soucis d’irritations intestinales à votre compagnon.
  3. Un taux de glucides limité à 33 % maximum (soit ⅓ de la composition de l’aliment). Les lanceurs d’alertes aux croquettes toxiques ont tendance à diaboliser les glucides… mais la réalité est bien plus modérée. En effet, les dernières études à date prouvent que les glucides issus des céréales (comme le maïs ou le riz) ont un taux de digestibilité de 99 % chez les chats1314. Cependant, au-delà d’un taux de glucides de 33 %, ceux-ci perdent leur effet neutre sur la santé de l’animal, et peuvent mener à des soucis d’obésité, de diabète, ou encore d’infections urinaires à répétition15.
  4. Une cuisson basse température. Le mode de cuisson de l’aliment que vous lui choisissez a également son importance ! Car, lorsqu’ils sont cuits à haute température, certains ingrédients libèrent des éléments nocifs pour la santé du chat : d’une part, des acrylamides16 (des cancérigènes) ; d’autre part, des Advanced Glycated End products17 (des éléments toxiques pour sa santé rénale). Une cuisson basse température permet d’éviter ces écueils, et de préserver l’intégrité nutritionnelle des bons ingrédients de base de la pâtée ou de la croquette pour chat.
  5. Une nourriture testée en laboratoire contre les métaux lourds, les OGM et les mycotoxines. Peut-être avez-vous entendu parler de la nocivité de ces éléments, lorsqu’ils sont trop présents dans la nourriture humaine ? Il en va de même dans la nourriture pour chat… qui malheureusement, en est bien plus souvent gorgée qu’on ne peut le croire. Rien qu’en ce qui concerne les métaux lourds (des éléments à l’origine de soucis dermatologiques chez nos animaux), le constat est lourd. Deux études1819, ont prouvé que 24 % des aliments pour chien et pour chat analysés contenaient des concentrations totales en Arsenic dépassant la limite légale édictée par la directive 2002/32 /CE. Comment donc éviter ce type de dérive ? En faisant confiance à des fabricants ayant testé leurs produits en laboratoire, et affichant les résultats de ces tests en toute transparence.

En respectant ces quelques critères de qualité alimentaire, et avec le traitement nécessaire en cas de parasitose, la consistance et la couleur des selles de votre chat redeviendront normales… et ce, durablement !

En quête de croquettes adaptées aux Besoins Biologiques et Naturels de votre chat ?

C’est pour donner une alimentation optimale à nos chiens, à l’élevage des Joyeuses Gambades, que nous avons d’abord conçu, il y a 15 ans de cela, les croquettes CROQ’ la Vie. Depuis, notre gamme s’est enrichie de croquettes pour chat, toujours basées sur le principe des besoins originels de nos animaux.

C’est bien simple : les croquettes CROQ’ la Vie sont un concentré de tout ce dont a besoin un chat tout au long de sa vie pour garder la santé. Dedans, vous trouverez…

  • Zéro légumes, tubercules, légumineuses ou fruits
  • 70 % d’ingrédients d’origine animale, provenant d’abattoirs agréés à la consommation humaine
  • 21 % de glucides seulement
  • Une cuisson basse température, et un enrobage à froid aux graisses de canard gourmand

Besoin de plus de rassurance ? Nous avons fait tester nos produits en laboratoires indépendants, et sommes fiers d’en afficher les résultats sur notre site web.

Grâce à CROQ’ la Vie, bon nombre de chiens et de chats ont dit adieu aux selles molles et diarrhées anormales : et si votre compagnon était le prochain ?

Parce que les soucis de selles anormales chez le chat peuvent être déroutants, nous restons à votre disposition pour répondre à vos questions, et vous transmettre des conseils de bon sens, mais qui font souvent toute la différence. Pour nous contacter, direction les commentaires ci-dessous, ou bien par email directement.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] Mammalogy – Adaptation, Diversity, Ecology, de A.George Feldhamer Lee C. Drickamer Stephen H. Vessey Joseph F. Merritt Carey Krajewski – edition Johns Hopkins University Press (4ème édition) – 27 mars 2015
  2. [] Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html
  3. [] Le raisin : enregistré au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/raisin.html
  4. [] L’ail et l’oignon : enregistrés au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  5. [] RCP Officiel du vermifuge Panacur pour chat : https://sante.public.lu/rcp/647.pdf
  6. [] RCP Officiel METROBACTIN : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=METROBACTIN+250+MG+COMPRIMES+POUR+CHIENS+ET+CHATS
  7. [] Amel Letaief Omezzine – CHU Farhat Hached Sousse : Les anti-coccidies, Les anti-microsporidies – 2010 : https://www.infectiologie.org.tn/pdf_ppt_docs/cmi/05032010/anti_ccocid.pdf
  8. [] RCP Antibiotique Bactrim – anti-coccidien : http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/rcp/R0201717.htm
  9. [] RCP Antibiotique Sultrian – anti-coccidien : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=SULTRIAN+400
  10. [] SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  11. [] RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  12. [] Viandes avariées recyclées aux Etats Unis et en Europe : https://www.amisdelaterre.org/communique-presse/tafta-ttip-la-viande-a-la-javel-s-approche-de-nos-assiettes/
  13. [] Carciofi, A. C., Takakura, F. S., De‐Oliveira, L. D., Teshima, E., Jeremias, J. T., Brunetto, M. A., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on dog diet digestibility and post‐prandial glucose and insulin response. Journal of Animal Physiology and Animal Nutrition, 92(3), 326-336. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18477314
  14. [] De-Oliveira, L. D., Carciofi, A. C., Oliveira, M. C. C., Vasconcellos, R. S., Bazolli, R. S., Pereira, G. T., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on diet digestibility and postprandial glucose and insulin responses in cats. Journal of Animal Science, 86(9), 2237-2246. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18469063
  15. [] Faculté de Médecine Vétérinaire de Montréal – Service diagnostic – Urology : https://www.medvet.umontreal.ca/servicediagnostic/materiel_pedagogique/urologie/uro_chimie.html
  16. [] FRC (Fédéraction Romande des Consommateurs) – Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/
  17. [] Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899
  18. [] Squadrone S , Brizio P , Simone G , Benedetto A , Monaco G , Abete MC – “Presence of arsenic in pet food : a real hazard ?” (Présence d’arsenic dans les aliments pour animaux de compagnie : un danger réel ?) – Vet Ital. 29 décembre 2017; 53 (4) : 303-307. doi : 10.12834 / VetIt.530.2538.2. : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29307124 (Version entière au format PDF : http://www.izs.it/vet_italiana/2017/53_4/VetIt_530_2538_2.pdf
  19. [] M. Davies , R. Alborough , L. Jones , C. Davis , C. Williams , et DS Gardner, (2017) : Mineral analysis of complete dog and cat foods in the UK and compliance with European guidelines “Analyse minérale d’aliments complets pour chiens et chats au Royaume-Uni et conformité aux directives européennes.” : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5719410/#CR5

Partagez cet article

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

QUI EST À L’ORIGINE DU BLOG CROQ LA VIE ?

Davy Ros

Davy Ros :

Ostéopathe D.F.O. et Hygiéniste, spécialisé en nutrition animale à l’élevage Joyeuses Gambades.

NOS ALIMENTS ET NOTRE BOUTIQUE SANTÉ

La boutique