Diarrhée du chat : le riz est-il vraiment une bonne solution ?

2 696 vues 0 commentaire
11 minutes de lecture
Le riz contre la diarrhée du chat est-il une solution efficace et durable ? Le riz contre la diarrhée du chat est-il une solution efficace et durable ?

Quand un chat présente des troubles digestifs, bon nombre de maîtres ont un réflexe : vite, du riz contre la diarrhée du chat ! Mais est-ce là une bonne solution ? Est-ce efficace, et surtout… est-ce réellement durable ?

C’est pour vous aider à faire disparaître ces soucis intestinaux que nous avons créé cet article, vous expliquant l’effet du riz sur la diarrhée du chat, les alternatives à envisager, et surtout, la solution pour dire définitivement adieu à ses problèmes gastro-intestinaux !

Avant de chercher la solution : d’où viennent les diarrhées de votre chat ?

Bien entendu, en bon maître aimant, vous souhaitez rapidement aider votre compagnon à se débarrasser de sa diarrhée aiguë, qui le dérange tant. C’est bien sûr tout à votre honneur !

Cependant, avant de choisir un traitement (naturel ou non) face à un souci de santé chez votre animal de compagnie, il est important d’en connaître l’origine. Et a fortiori lorsqu’il s’agit de diarrhées : car il existe plusieurs causes à ce souci chez le chat, que voici.

Les légumes, tubercules, légumineuses ou fruits

C’est un fait : votre chat est un carnivore par nature. En attestent ses intestins, trois fois plus courts que ceux de l’homme, lisses et sans ostracion1, caractéristiques du carnivorisme. En effet, cette structure digestive rend au chat la digestion des légumes, tubercules, légumineuses et fruits laborieuse.

Mais le souci va plus loin encore : ces ingrédients créent chez lui des irritations intestinales, qui débouchent par la suite sur des selles molles, très molles, voire des diarrhées.

Vous verrez plus loin dans l’article que ces ingrédients sont malheureusement à l’origine de bon nombre d’autres soucis de santé chez nos petits félins domestiques ! D’ailleurs, sachez-le : le Centre Antipoison Animal de l’École Nationale Vétérinaire classe la pomme de terre2, le raisin3, l’ail et l’oignon4 comme “toxiques”.

Les protéines et graisses animales de qualité discutable

Au même titre que les légumes, les protéines et graisses animales de piètre qualité créent dans le système digestif du chat de fortes irritations, qui mènent à des selles molles et diarrhées.

Or, il est malheureusement très fréquent que les fabricants de nourriture animale intègrent aujourd’hui à leurs aliments des protéines animales peu recommandables pour la santé digestive de nos compagnons.

Vous trouverez souvent dans les pâtées ou croquettes pour chat ces types de protéines animales, fortement irritantes pour leur organisme :

  • Des sous-produits animaux56. Il est important de savoir que ces sous-produits sont les déchets de notre industrie agroalimentaire humaine. Ils rassemblent en effet de bas morceaux tels que des têtes, des carcasses, des cuirs, des cous, des pattes, des becs, des plumes…
  • Des viandes avariées recyclées à la Javel7. Cela vous étonne ? Pourtant, il s’agit d’une pratique totalement légale dans les pays d’Amérique du Nord… et qui n’est pas sans conséquences pour la santé de nos matous.
  • Des viandes dites “fraîches”, en fait reconstituées à partir d’un mélange de farines animales (dont on connaît rarement l’origine), de minéraux, de graisses et de beaucoup d’eau. Là encore, on sait que cette pratique est autorisée dans les pays d’Amérique du Nord.

Un changement d’alimentation soudain

Peut-être ne le saviez-vous pas encore, mais lorsque vous changez la nourriture de votre animal domestique, il est crucial de faire une transition progressive d’une semaine, pour le faire passer d’un aliment vers l’autre.

En effet, si vous effectuez un changement trop brusque, sa flore intestinale sera perturbée, créant également des irritations digestives qui entraîneront des diarrhées.

Les effets secondaires de certains médicaments

Si votre chat prend actuellement un traitement médicamenteux, il est fort probable que ses diarrhées soient liées à des effets secondaires de ce médicament. Bon nombre de médicaments provoquent effectivement selles molles et diarrhées, comme les antibiotiques, les vermifuges, ou les corticoïdes.

Pour en avoir le cœur net, n’hésitez pas à vérifier ce que dit la notice de ces médicaments.

Des parasites intestinaux

Enfin, la diarrhée est un symptôme commun à tous les types de parasites intestinaux du chat :

  • Les vers, qu’ils soient ronds ou plats
  • Les giardia, responsables de la Giardiose
  • Les coccidies, responsables de la Coccidiose

Si votre chat est infesté de parasites internes, pas de panique : cela se traite très bien avec des médicaments spécifiques (soit un vermifuge, soit des antibiotiques, selon les vers ou parasitoses dont souffre le chat).

Ceci étant, pour faire stopper les diarrhées de votre chat vite, vous voulez peut-être trouver un traitement antidiarrhéique efficace rapidement. Vous pensez alors peut-être à donner du riz au chat contre sa diarrhée… mais est-ce efficace ?

Le riz est-il efficace contre la diarrhée du chat ?

Vous entendrez bon nombre de gens vous dire que le riz est un excellent remède de grand-mère contre la diarrhée du chat. On voit ainsi bon nombre de maîtres donner à leur compagnon du riz blanc cuit, de l’eau de cuisson de riz, ou bien des pâtes.

Et oui, effectivement : le riz arrête bien la diarrhée du chat… momentanément. Cet ingrédient étant très difficile à digérer pour lui, il agit comme une espèce de “colle intestinale”, qui ralentit le transit intestinal de l’animal, et le constipe.

Côté intestinal, cependant, le riz n’est pas très recommandé. Il empêche en effet au chat d’éliminer les éléments qui irritent son système digestif ! Qui plus est, dès que vous arrêtez de donner du riz au chat, les selles molles et diarrhées reprennent immédiatement.

En somme, en donnant du riz à votre chat contre ses diarrhées, vous repoussez le souci. Il est important de vous attaquer à l’origine même des troubles digestifs de votre compagnon, et non seulement à ses symptômes !

Quelle alternative au riz pour limiter la diarrhée du chat ?

Vous souhaitez tout de même stopper temporairement la diarrhée de votre chat, mais sans en passer par le riz, qui provoque sa constipation ?

Sachez que…

  • Le Smecta n’est pas efficace chez le chat, et n’est donc pas recommandé
  • Le Kaopectate8, un plâtre intestinal à base de kaolin et de pectine (et donc complètement naturel), permet d’arrêter momentanément les diarrhées sans aucun effet secondaire
  • Le Prifinial9 (ou “Bromure de Prifinium”), un antispasmodique, est intéressant si vous souhaitez éviter les risques de déshydratation liés à la diarrhée : il calme l’hypersécrétion digestive de l’animal

Mais quoiqu’il en soit, n’oubliez pas qu’il vous faudra vous attaquer à l’origine des diarrhées de votre compagnon pour définitivement les stopper !

Mieux que le riz contre la diarrhée du chat : une alimentation adaptée et de qualité

Quelle solution pour stopper définitivement les diarrhées du chat ?

Pour dire adieu à la diarrhée du chat sans en passer par du riz, la première chose à faire est bien sûr de trouver la raison pour laquelle il subit ces troubles digestifs.

Besoin d’identifier précisément l’origine des selles molles ou diarrhées de votre compagnon ?

Rendez-vous sur notre article “Mon chat a la diarrhée : de quoi cela peut-il venir ?”. Vous y trouverez tous les symptômes liés aux différentes origines de la diarrhée chez le chat détaillés, et pourrez ainsi identifier si le souci provient de son alimentation, de médicaments, de parasites intestinaux, ou d’autres soucis de santé.

Par la suite, vous pouvez suivre les 3 étapes suivantes.

D’abord, mettre le chat à jeun

Le jeûne est sans doute le remède naturel le plus efficace contre la diarrhée du chat. D’une part, il aide à calmer l’inflammation en cours dans son système digestif ; d’autre part, il permet à l’animal de se focaliser sur l’élimination des éléments qui causent sa diarrhée.

Attention cependant à lui laisser à disposition une gamelle d’eau fraîche à tout moment, pour éviter qu’il ne se déshydrate.

Le souci de votre chat semble venir des effets secondaires d’un médicament qu’il prend ? Demandez rapidement conseil à votre vétérinaire, pour lui trouver un traitement adapté moins invasif, plus doux pour ses intestins.

Puis, lui trouver le traitement adéquat si nécessaire

Cette deuxième étape concerne les chats qui souffrent d’une infestation de parasites intestinaux. Vous soupçonnez que c’est le cas de votre compagnon ? Voici la marche à suivre.

  • En cas d’infestation de vers, il faut trouver à votre chat le vermifuge adéquat. En effet, tous les traitements antiparasitaires ne soignent pas tous les types d’infestations de vers (plats ou ronds). Consultez notre dossier sur les vermifuges pour chat pour en savoir plus.
  • En cas de Giardiose, vous verrez que votre chat a des selles molles de couleur verdâtre, terne ; parfois, ses excréments contiendront des glaires (une substance gluante), ou bien il y aura du sang dans les selles du chat. Pour être sûr qu’il souffre de cette parasitose, demandez à votre vétérinaire un test parasitaire. Si le diagnostic est avéré, il faudra ensuite commencer par tester un traitement au vermifuge Panacur10, qui est efficace dans 60 % des cas de Giardiose. Si ce vermifuge ne fonctionne pas, vous devrez alors lui donner un antibiotique de type Flagyl (ou Métrobactin11), sous haute surveillance vétérinaire. Rendez-vous sur notre dossier sur la Giardiose du chat pour en savoir plus.
  • En cas de Coccidiose, les selles du chat sont liquides, et de couleur jaunâtre, crème, ou orange. Là encore, il vous faut faire pratiquer un test parasitaire spécifique à votre vétérinaire pour vous assurer qu’il s’agit du bon diagnostic. Par la suite, votre chat se verra prescrire un antibiotique de la famille des Sulfamides / Triméthoprimes12, comme le Bactrim13 ou le Sultrian14. Consultez notre dossier sur la Coccidiose du chat pour en savoir plus.

Enfin, lui trouver une alimentation adaptée à ses besoins originels

Quelle que soit l’origine des diarrhées de votre chat, il est fort probable qu’il soit nécessaire de changer son alimentation, pour que celle-ci soit plus adaptée à ses Besoins Biologiques et Naturels. Car, comme vous l’avez lu plus haut, bon nombre d’aliments disponibles sur le marché sont aujourd’hui inadaptés, ou de trop basse qualité, pour la santé de nos compagnons !

Fournir à votre chat une alimentation adaptée, et de qualité est crucial : c’est là la seule manière de ne plus jamais voir ressurgir les problèmes de diarrhée, mais aussi de préserver sa santé tout au long de sa vie.

Seulement, il peut sembler très complexe de trouver un aliment réellement adapté aux besoins originels de son chat, dans cette jungle qu’est la PetFood actuelle. Comment savoir si tel ou tel aliment lui convient réellement ?

C’est simple : voici 5 critères de qualité alimentaire que la nourriture de votre compagnon doit suivre à la lettre pour le prémunir contre les selles molles, les diarrhées, et bien d’autres soucis de santé.

Sa nourriture doit…

  • Être sans légumes, tubercules, légumineuses ou fruits. Au-delà d’être à l’origine de bon nombre de diarrhées du chat, ces ingrédients provoquent également chez nos matous des vomissements de bile, des pancréatites aiguës, des troubles hépatiques, et des dermatites. Ils sont donc à proscrire totalement de sa gamelle, même en petite quantité.
  • Être gorgée de bonnes protéines et graisses animales. Pour de faire, choisissez uniquement des aliments contenant des protéines animales provenant d’abattoirs agréés à la consommation humaine. L’origine des protéines ayant également son importance, privilégiez des aliments à base de protéines provenant de pays aux législations fermes, comme la France.
  • Avoir un taux de glucides maximal de 33 % (soit ⅓ de la composition totale de l’aliment). Si les glucides issus des céréales sont parfaitement digestibles par nos compagnons (99 % de taux de digestibilité chez les chiens et les chats, selon les études à date1516), point trop n’en faut. Au-delà de ces 33 %, les glucides perdent leur effet neutre sur la santé du matou, et peuvent provoquer de l’obésité, du diabète, ou encore des infections urinaires chroniques17.
  • Être cuite à basse température. Quand ils sont cuits à haute température, certains ingrédients (comme les protéines) libèrent dans la pâtée ou la croquette des acrylamides18 (qui sont cancérigènes), ainsi que des Advanced Glycated End products19 (toxiques pour les reins du chat). Seule une cuisson à basse température permet d’éviter ce type de soucis de santé.
  • Testée en laboratoire contre les mycotoxines, les métaux lourds et les OGM. On connaît les effets nocifs sur la santé de ces éléments… et pourtant, bon nombre de fabricants de PetFood persistent à mettre sur le marché des aliments qui en sont gorgés ! La preuve, rien qu’en ce qui concerne les métaux lourds : deux études2021 ont trouvé que 24 % des aliments analysés contenaient une concentration en Arsenic dépassant la limite légale posée par l’Union européenne. Faites confiance uniquement à des fabricants qui peuvent vous apporter, en toute transparence, les preuves de tests menés en laboratoire indépendant. La santé de votre matou est en jeu !

En fournissant à votre compagnon une nourriture respectant ces critères, bingo ! Plus besoin de donner du riz contre la diarrhée du chat : vous préservez naturellement sa santé intestinale et globale.

CROQ’ la Vie : la clé d’une alimentation adaptée aux besoins originels des chats

Depuis plus de 15 ans, nous mettons à disposition des amoureux des animaux des croquettes conçues à l’origine pour les chiens de notre élevage des Joyeuses Gambades. En effet, à l’époque, nous n’avions pas trouvé une alternative alimentaire réellement adaptée aux Besoins Biologiques et Naturels de nos carnivores domestiques… et nous l’avons donc créée !

Depuis, vous pouvez vous fournir les croquettes pour chat CROQ’ la Vie. Dedans, vous trouverez tout ce qu’il faut pour stopper définitivement diarrhées de votre compagnon :

  • Zéro légume, tubercule, légumineuse ou fruit
  • 70 % d’ingrédients d’origine animale, provenant uniquement d’abattoirs agréés à la consommation humaine
  • 21 % de glucides seulement
  • Une cuisson basse température
  • Des ingrédients français, pour une traçabilité optimale
  • Des tests menés en laboratoires indépendants contre les OGM, mycotoxines et métaux lourds : consultez-en les résultats ici !

Alors, prêt à dire adieu à ses diarrhées, et le voir retrouver et conserver une pleine santé ?

Si vous avez d’autres questions concernant la diarrhée du chien, son traitement, ou son alimentation, n’hésitez plus : envoyez-nous un message, via les commentaires ci-dessous, ou par email. Nous sommes toujours ravis de partager avec vous notre expérience en matière de santé animale !

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] Mammalogy – Adaptation, Diversity, Ecology, de A.George Feldhamer Lee C. Drickamer Stephen H. Vessey Joseph F. Merritt Carey Krajewski – edition Johns Hopkins University Press (4ème édition) – 27 mars 2015
  2. [] Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html
  3. [] Le raisin : enregistré au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/raisin.html
  4. [] L’ail et l’oignon : enregistrés au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  5. [] RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  6. [] SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  7. [] Viandes avariées recyclées aux Etats Unis et en Europe : https://www.amisdelaterre.org/communique-presse/tafta-ttip-la-viande-a-la-javel-s-approche-de-nos-assiettes/
  8. [] Résumé des caractéristiques Produits (RCP) de la KAOPECTATE – plâtre intestinal pour chien : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=KAOPECTATE
  9. [] RCP Officiel du Prifinial pour chien, anti-péristaltique en cas de diarrhée : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=PRIFINIAL+SOLUTION
  10. [] RCP Officiel du Vermifuge PANACUR pour chat
  11. [] RCP Officiel METROBACTIN
  12. [] Amel Letaief Omezzine – CHU Farhat Hached Sousse : Les anti-coccidies, Les anti-microsporidies – 2010
  13. [] RCP Antibiotique Bactrim – anti-coccidien
  14. [] RCP Antibiotique Sultrian – anti-coccidien
  15. [] Carciofi, A. C., Takakura, F. S., De‐Oliveira, L. D., Teshima, E., Jeremias, J. T., Brunetto, M. A., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on dog diet digestibility and post‐prandial glucose and insulin response. Journal of Animal Physiology and Animal Nutrition, 92(3), 326-336. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18477314
  16. [] De-Oliveira, L. D., Carciofi, A. C., Oliveira, M. C. C., Vasconcellos, R. S., Bazolli, R. S., Pereira, G. T., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on diet digestibility and postprandial glucose and insulin responses in cats. Journal of Animal Science, 86(9), 2237-2246. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18469063
  17. [] Faculté de Médecine Vétérinaire de Montréal – Service diagnostic – Urology : https://www.medvet.umontreal.ca/servicediagnostic/materiel_pedagogique/urologie/uro_chimie.html
  18. [] FRC (Fédéraction Romande des Consommateurs) – Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/
  19. [] Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899
  20. [] Squadrone S , Brizio P , Simone G , Benedetto A , Monaco G , Abete MC – “Presence of arsenic in pet food : a real hazard ?” (Présence d’arsenic dans les aliments pour animaux de compagnie : un danger réel ?) – Vet Ital. 29 décembre 2017; 53 (4) : 303-307. doi : 10.12834 / VetIt.530.2538.2. : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29307124 (Version entière au format PDF : http://www.izs.it/vet_italiana/2017/53_4/VetIt_530_2538_2.pdf
  21. [] M. Davies , R. Alborough , L. Jones , C. Davis , C. Williams , et DS Gardner, (2017) : Mineral analysis of complete dog and cat foods in the UK and compliance with European guidelines “Analyse minérale d’aliments complets pour chiens et chats au Royaume-Uni et conformité aux directives européennes.” : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5719410/#CR5

Partagez cet article

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

QUI EST À L’ORIGINE DU BLOG CROQ LA VIE ?

Davy Ros

Davy Ros :

Ostéopathe D.F.O. et Hygiéniste, spécialisé en nutrition animale à l’élevage Joyeuses Gambades.

NOS ALIMENTS ET NOTRE BOUTIQUE SANTÉ

La boutique